MURMUR IN UTERO
 

Enseignant(e)s et collaborateur(trice)s :

  • Moniques Richard : Professeure UQAM
  • Véronique Proulx : Étudiante à la maîtrise et assistante de recherche
  • Vincent Valentine : Étudiant au doctorat et stagiaire de recherche
  • Emmanuelle Allard : Étudiante à la maîtrise et assistante de recherche
  • Sylvie Simard : Étudiante au baccalauréat et assistante de recherche
  • Stéphane Dussault : Enseignant ressource à l’école St-Ambroise
  • Johanne Lépine : Enseignante au Collège François-Xavier-Garneau

Cycle et ordre d’enseignement :

  • 3e cycle du primaire
  • collégial

École, commission scolaire ou ville :

  • Université du Québec à Montréal

  • École primaire St-Ambroise, Commission scolaire de Montréal

  • Collège François-Xavier-Garneau,
    Québec

Description du projet :
Selon plusieurs chercheurs, l’expérience intra-utérine s’enregistre dans la mémoire corporelle et conditionne nos rapports au monde. Elle cumule plusieurs voies d’émergence de la corporéité en tant que conscience ancrée dans le corps. Avec son « interface placentaire » et son enveloppe amniotique, elle offre un milieu stimulant sur le plan sensoriel
: tactile, kinesthésique, auditif, visuel, gustatif et olfactif. Sur le plan émotif, elle permet de filtrer des substances chimiques qui procurent apaisement ou stress. Sur le plan onirique, elle se manifeste par la présence de sommeil agité, témoin vraisemblable du rêve. Sur le plan socio-affectif, elle permet d’amorcer des relations avec les êtres et l’environnement, faites de contact et de réponse, de prolongement de la sensibilité et de distribution de la conscience entre la mère, l’enfant et l’environnement.

Le projet Murmur fait suite à Autoportrait in utero. La seconde phase de la recherche se déroule en deux volets. Dans le premier volet est abordée la dimension critique de l’emploi des technologies et du mercantilisme associé à cette expérience primordiale avec LOGOZOÏDE. Dans le second, le projet s’ouvre à l’évocation sonore, à l’aspect performatif des relations socio-affectives et à la présentation d’un environnement intra-utérin avec EMBRYATUM; ce collectif reflète l’éclosion du potentiel humain qui germe et baigne en nous, où la mer devient la métaphore du giron et de la création.

(Voir le projet In utero pour une description
de la première phase de la recherche)